Docs en balade 2016 - Le bilan

Docs en balade c'est aussi

CinéMarey qui se balade dans les écoles :
Une séance à l’école de Rully dans deux classes, CM1 et CM2, avec comme thème : comment, à l’aube du cinéma montrer le mouvement avec une caméra fixe ?
Avec comme support une vue des Frères Lumière de 59s. et un court- métrage de Charlie Chaplin, ce fut chose faite.
D’une manière étonnante, les enfants ont totalement adhéré à cette proposition difficile.
 A l’école de Chaudenay, en CM2, projection de « L’ héroïque cinématographe ». Thème : qui fabrique les images et pourquoi ?
A partir d’archives de la Première guerre mondiale, l’utilisation du cinéma à des fin d’information, mais aussi de propagande. On découvre entre autre, que les scènes de guerre dans les tranchées sont des reconstitutions.
👍 Grand intérêt des enfants et des enseignants.
L’expérience devrait être renouvelée l’année prochaine dans les deux cas.

Coup de cœur pour l’édition 2016 de docs en balade :


Sa diversité : Thèmes, formes, formats, styles…

On pourra ajouter cette année la diversité des intervenants : protagonistes, réalisateurs, une institution (le musée Niepce), des chercheurs ,ont contribué à enrichir notre réflexion, ont apporté une contribution passionnante et suscité de nombreux échanges.

A renouveler et élargir pour les prochains Docs en balade !

Lydia LL

Retour sur le film "Fils de Lip" de Thomas FAVERJON,
diffusé à Fontaines :

 "film remarquable par la richesse de sa documentation sur ces évènements qui marquèrent la France entière . Travail de mémoire courageux de la part du réalisateur , qui vécut en direct ce drame qui fractura l'équilibre familial . Tout au long du documentaire , nous voyons ses parents qui peu à peu acceptent de se livrer , de mettre des mots sur une cicatrice profonde encore très mal refermée et cette quête des souvenirs , des rappels douloureux d'une période dont personne n'est resté intact , vieilles rancoeurs au goût amer de la trahison et de l'incompréhension , tout un monde s'est écroulé , bien au-delà de la problématique économique . L'assistance ce soir là n'est pas restée de marbre et on a pu échanger avec cet homme , soucieux de rendre hommage à la lutte de ces courageux travailleurs, qui jusqu'au bout ont voulu s'engager pour que LIP ne disparaisse pas. Pari réussi pour ce jeune réalisateur dont le travail documentaire agit comme une salutaire psychothérapie dans l'ancien monde des LIP.
Merci à l'équipe des Docs en ballade pour la pertinence de ses choix et pour son engagement."

Danielle D., une spectatrice

Retour sur le film "Etre sans avoir" de Christophe FERRUX, projeté à La Poterie de Sampigny le dimanche 27 novembre 2016 :

"Peut-on vivre aujourd'hui en restant en marge de la société de consommation ? Peut-on vivre aujourd'hui sur les monts ventés du Haut-Jura sans eau, sans électricité, sans argent, sans loyer à payer ? Peut-on placer aujourd'hui résolument et définitivement l'être avant l'avoir ? Le beau documentaire de Christophe Ferrux répond, sans ambiguïté, "OUI" à toutes ces questions. Et, au cas où son film puisse laisser le spectateur sceptique, CinéMarey a eu la bonne idée d'inviter son "héros" Jean-Paul. Car, Jean-Paul, est bien en résistance héroïque contre tout ce qui altère l'humain. Il a choisi "le temps de vivre sa vie plutôt que de se la faire voler." Après la projection, lui et Anne, sa compagne, ont répondu sans détours aux questions posées par l'assistance. Des échanges riches et intenses sur une utopie bien réelle. Ainsi, y-a-t-il des rencontres qui vous font voir la vie autrement..."
Jean-Luc C., un spectateur


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.