Le Jeudi 15 Novembre-Remigny(Salle des fêtes)

Diffusion du film "Hopptornet (Plongeons)" de Axel Danielson, Maximilien Van Aertryck (16 mn).
Une situation qui illustre le dilemme. La peur de se jeter à l'eau, l'humiliation du renoncement.
Comment sommes-nous lorsque nous hésitons ? Lorsque nous prenons une décision ?
Que faisons-nous quand nous sommes seuls, et quand nous sommes avec les autres ?


Diffusion du film "Biodiversité vélocipédique" (9 mn)
Cet exercice d'école qui consiste à réaliser un film documentaire en 24h
à partir d'un sujet tiré au sort, est une pérégrination au travers des vélos de la ville.

Diffusion du film "La Reine bicyclette - Histoire des Français à vélo" de Laurent Védrine (52mn).
Massivement adopté par les Français au lendemain de son apparition à la fin du XIXe siècle, le vélo moderne est doté de pneus, de freins, de pédales et d'une chaîne. Au départ loisir pour les riches, il se démocratise vite grâce à la seconde révolution industrielle, qui en fait un produit abordable pour les classes populaires. La bicyclette devient synonyme de révolution sociale. En 1903, la création du Tour de France fait du cyclisme un sport professionnel très populaire, qui permet à de jeunes prolétaires de faire carrière. L'après-guerre marque un recul fort du vélo, auquel les Français préfèrent l'automobile pour se déplacer. La voiture pour tous devient l'un des crédo des Trente Glorieuses. Il faudra attendre mai 1968 et la naissance de l'écologie pour que la bicyclette connaisse un retour en grâce. Histoire sociale et politique des Français à vélo, de 1890 à nos jours, entre modernité, luttes sociales et écologie politique.
En présence de : Patrick Soudeillette (ancien réparateur de vélo à Chagny), Salvatore Balsameli (CACTUS chargé de l'atelier vélo)


Le Samedi 17 Novembre - Sampigny (La poterie)

L'association  Plaquemine propose, en association avec Ensemble artifices, C.a.c.t.u.s et CinéMarey

 
Diffusion du film "Le potager de mon grand-père" de Martin ESPOSITO (80 mn).

Chez son grand-père, Martin est venu se ressourcer, aider et partager des moments de vie. L’aïeul lui transmettra son savoir, un peu de ses racines et les secrets de ce potager cultivé par amour pour sa femme disparue. Issu de cette génération fast-food, Martin prendra conscience de la valeur de ce précieux héritage. C’est un hymne à la vie et à cette nature que nous devons protéger.

💘
"Un film plein de tendresse, d'amour du potager, de la terre, de la vie tout simplement. Ce Papy est tellement attachant qu'on aimerait être ses petits enfants. Pour les amoureux des potagers ou ceux qui veulent s'y mettre, pleins de conseils de bon sens !!!" (Marie-Odile)

2018 : La Turbine change de propriétaire et devient le lieu de travail et de résidence de l’Ensemble Artifices. Juliette Ailhaud, chargée de la diffusion de l’ensemble, y travaille quotidiennement aux côtés d’Alice Julien-Laferrière
Message d'Alice pouir vous donner envie de venir à cette séance :) :
"Bientôt à la Turbine,venez tester le chauffage nouvellement installé lors de deux journées de rencontres autour de documentaires avec l'Association CinéMarey et quelques surprises.. c'est gratuit et il y aura même de la soupe et de la musique !"


Le Dimanche 18 Novembre - Sampigny (La poterie)

Diffusion du film "Les Indes galantes" de Clément COGITORE (6 mn), suivi de l'entretien filmé avec le réalisateur (11 mn).
Clément Cogitore adapte L'Air des Sauvages, une courte partie de ballet des Indes galantes de Jean-Philippe Rameau, avec le concours d’un groupe de danseurs de Krump, et de trois chorégraphes : Bintou Dembele, Igor Caruge et Brahim Rachiki.
Le Krump est une danse née dans les ghettos de Los Angeles dans les années 90. Sa naissance résulte des émeutes et de la répression policière brutale qui ont suivi le passage à tabac de Rodney King.

Pour une journée où la musique a une grande place, nous avons la chance d’être accueillis à la Poterie par Alice Julien-Lafferière, violoniste baroque, passionnée de toute forme d’art. Elle ne manquera de montrer le bout de son archer…

Diffusion du film "Le hibou et la baleine, Nicolas Bouvier"   de Patricia PLATTNER (56 mn)
Fervent lecteur des moines bouddhiques, passionné de photographie, avide de grands espaces, l'écrivain-voyageur Nicolas Bouvier est décédé le 17 février 1998. Un portrait sobre et lumineux d'un artiste amoureux des mots et de la vie.
Nicolas Bouvier scande les poèmes de Michaux, comme pour mieux en retenir la saveur. Il aime les mots comme on aime une femme. Depuis une lecture de Proust, il a jeté son dévolu sur le mot "fourbu" qu'employait l'auteur pour décrire la poitrine ballottée de Mme de Guermantes dévalant les escaliers. Les mots renvoient à une certaine forme de réalité, donnent de la consistance à ce qu'il y a de plus impalpable, comme la mort.
L'œil bridé par la lecture des moines bouddhiques, il part à la quête des grands espaces asiatiques, sillonne la Laponie, l'Est anatolien. Gorgé d'images et de sensations nouvelles, Nicolas Bouvier confie, peu avant sa mort, ses élans et ses hantises les plus intimes.
Nicolas Bouvier place le film sous les emblèmes totémiques du hibou et de la baleine, deux animaux qui se sont introduits mystérieusement dans ses rêves lors de la naissance de son premier enfant. C’est considérer le film comme un autre enfant et lui donner ainsi le prix d’un engagement personnel.
De fait, cette collaboration avec Patricia Plattner est un travail de complicité où le grand voyageur photographe confie fraternellement ses raisons d’être, raisons qui font de lui un grand écrivain.
Cette simplicité pleine d’humour donne au film le charme d’une conversation à bâtons rompus, avec un inconnu, rencontré par hasard et qui vous devient aussitôt proche et secourable. Heureusement, les livres existent et, le film achevé, il nous reste le plaisir de la lecture ou de la relecture.


Le Mardi 20 Novembre -Fontaines (Salle St-Hilaire)

Diffusion du film "Nuances" de Louis CLAUDEL et Adèle JOSSERAND, jeunes réalisateurs de La Baraque TV (3 mn)

Ce film aborde le thème de l'immigration en confrontant les différences d'opinions sur ce sujet et met en évidence les discordes qu'il fait émerger.

Diffusion du film "Welcome chez nous" de Adrien PINONDE (52 mn)
Serquigny, village de l'Eure de 2000 habitants, a été choisi pour accueillir 30 Afghans, réfugiés auparavant installés dans la jungle de Calais.
À cette annonce, beaucoup d'habitants ont cédé à l'inquiétude, mais le maire du village, Lionel Prévost, a appelé au calme tout en demandant à chacun de ne pas céder à la peur. C'est ainsi que, petit à petit, villageois et Afghans apprennent à se découvrir.

En présence du président de l'ASTI (Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s), qui a lancé le projet de construction d'une maison (avec la mairie de Fontaines) pour accueillir une famille de réfugiés. La CIMADE (association de solidarité active avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile)sera aussi représentée.


Le Jeudi 22 Novembre-Chagny (Cafétéria Hopital)

Diffusion du film "Christiane et Monique (LIP V)" de Carole ROUSSOPOULOS (30 mn)
En 1976, comme le titre "Libération", "Lip, c’est reparti !" À Besançon, les ouvriers réoccupent l’usine et relancent la production de montres.
Monique, devenue assistante de publicité (cf. Monique-LIP I), et Christiane, ouvrière spécialisée, témoignent de la difficulté d’être femme dans une usine en lutte, de la démocratie difficile face aux ténors de la revendication syndicale et du refus subversif de considérer le travail comme une fin en soi.

Diffusion du film "Les collégiens et l'ancien combattant" de Aurylia ROTOLO (53 mn)
Dix-huit élèves d’un collège de ZEP préparent le Concours National de la Résistance avec un groupe d'anciens combattants. Leur projet : réaliser le portrait d'Isaac Sebdoun, un ancien combattant ayant fait le débarquement. Ils vont s'interroger sur la signification de l'expression : être français.

Ce film est diffusé en mémoire de Jean Vion.


Le Vendredi 23 Novembre - Rully (Salle des fêtes)

Pour cette séance à Rully, les Amis de Rully nous accueillent.

Diffusion du film "5 ans après la guerre" de Samuel Albaric, Martin Wiklund, Ulysse Lefort (16 mn)
Comment grandit-on avec un père irakien absent et une mère juive omniprésente ? Tim, traversé par les grands bouleversements du monde actuel, essaye tant bien que mal d'y trouver sa place.


Diffusion du film "Sol Violette, l'éclosion d'une monnaie" de Bertrand LEDUC (50 mn)
Au plus proche de l’équipe du Sol-violette, le film donne à voir comment se construit, brique par brique, une monnaie complémentaire, véritable outil de réappropriation citoyenne de la monnaie...
Un méticuleux travail de terrain, mené par des citoyen-nes passionné-e-s et passionnant-e-s. À travers leurs questionnements, on découvrira comment une monnaie peut être utilisée comme un véritable outil. Un outil de lutte contre la financiarisation des échanges économiques, et de ­­redynamisation de l’économie locale. Mais aussi un outil d’éducation populaire qui permet une réappropriation citoyenne de la monnaie. Enfin un outil qui constitue peut-être un levier de transformation économique et solidaire.


Le Dimanche 25 Novembre - Rully (Salle des fêtes)

Diffusion du film "Retour à Genoa City" de Benoît Grimalt (29 mn)

Mémé et son frère Tonton Thomas regardent le même feuilleton, tous les jours à la même heure, depuis 1989.
Ils racontent au réalisateur, de retour après 20 ans d’absence, les 3827 épisodes qu’il a manqués.

Diffusion du film "Parents à perpétuité" de Anne GINTZBURGER (50 mn)

En novembre 2011, Mathieu, qui avait alors 17 ans, viole, torture et tue Agnès, âgée de 13 ans. Il est à ce jour le seul détenu de France condamné à la prison à perpétuité pour un crime commis lorsqu'il était mineur.
Ses parents, Sophie et Dominique, sont irrémédiablement marqués. La honte et la culpabilité ne les quittent pas un instant, comme ils le racontent pour la première fois dans ce documentaire.


Le Lundi 26 Novembre - Ebaty (Salle des fêtes)

Diffusion du film "Opération séduction" de Jacques Baratier (16 mn)
Opération séduction révèle les premiers contacts en plein cœur de la forêt amazonienne entre l’une des dernières tribus indiennes, les Cintas Largas, et les hommes de Francisco Meireles, fonctionnaire du Service de la Protection des Indiens impliqué dans une mission gouvernementale de "pacification" visant à réconcilier les indiens et les chercheurs de diamant (les Garinpéros).
Tourné en 1969 pour la télévision française juste après La Décharge (matrice qui a servi pour le film La Ville-Bidon), Opération séduction devait être initialement un reportage, intitulé "Les Indiens du Brésil", sur les dommages collatéraux de la seconde guerre mondiale, en particulier les irradiations liées à l’usage de la bombe atomique.
Quelques années plus tard (1974), Jacques Baratier décide de le remanier pour traiter d’un autre sujet. Il remonte les rushes et intègre dans le commentaire en voix off des extraits du livre du sociologue Pierre Clastre qui a fait grand bruit à l’époque, "La société contre l’Etat". Baratier rebaptise le documentaire Opération séduction.

Diffusion du film "Les esclaves oubliés de Tromelin" de Thierry RAGOBERT (52 mn)
Le 31 juillet 1761, l’Utile, un navire de la Compagnie des Indes Orientales, transportant des esclaves destinés à être vendus sur l’Ile de France (actuelle Ile Maurice) s’échoue sur l’Ile de Sable Tromelin. Parmi les survivants, on compte une centaine de marins français et quatre-vingt-huit esclaves malgaches. En deux mois, les Français construisent une embarcation de fortune et regagnent Madagascar, laissant les malheureux esclaves sur l’Ile en promettant de venir bientôt les rechercher. Promesse qui ne fut jamais tenue. Ce n’est que quinze ans plus tard, le 29 novembre 1776, que le chevalier de Tromelin accoste sur l’Ile et recueille les survivants : sept femmes et un bébé de 8 mois. Deux siècles et demi plus tard, au terme d'une longue enquête historique mené par Max Guérout, une mission archéologique débarque sur l'ile Tromelin pour retrouver les traces des esclaves oubliés. Une enquête archéologique haletante qui révèle une inédite et bouleversante histoire.

En présence d'un archéologue.
💘 "Ayant eu la chance de visionner ce documentaire, je suis sortie très enthousiaste : c'est un film qui décrit une véritable enquète mais aussi une quête des racines de certains d'entre nous. De très belles images accompagnées d'un commentaire passionant !!!" (Marie-Odile)


Le Mercredi 28 Novembre-Chaudenay (S. des fêtes)

Diffusion du film "Daniel, le boulanger qui a réinventé son métier pour se libérer" de Benoit Cassegrain, Hélène Legay (8 mn)

Faire du pain, Daniel avait 3 ans quand il a commencé. Apprenti, puis ouvrier, il a tout abandonné à 24 ans car il ne trouvait pas le temps de s’épanouir. "J’ai connu le goulag de la boulange", dit-il. Il lui aura fallu 7 ans pour revenir à son métier passion… mais pas de n’importe quelle manière !

En présence de M.Michel Nivot, artisan boulanger à Chaudenay

Diffusion du film "Ambiance Bois, le travail autrement" de Sophie BENSADOUN (53 mn)

A Ambiance Bois, une petite filière bois "de l’arbre à la maison", les décisions sont prises à l’unanimité des 25 salariés, polyvalents, qui touchent le même le salaire, tirent au sort leur PDG et décident de leur planning. Ambiance Bois est l’une des sept SAPO (Société Anonyme à Participation Ouvrière) en France, créée il y a 25 ans sur le plateau de Millevaches, en Creuse. Un fonctionnement exemplaire d’une entreprise rentable et humaine, qui propose de travailler autrement. Le film raconte l’histoire d’une alternative réussie face au modèle dominant de l’entreprise, faite d’aventures humaines, de parcours très divers qui ont pour point commun le désir de prendre sa vie en mains et lui donner un sens.

En présence  de M. Covre, Menuisier à Chaudenay


Le Vendredi 30 Novembre - Corpeau (Salle Chambard)

Diffusion du film "Les mains" de Christophe Loizillon (20 mn)

Charly, René, Katiga, Zinedine et Madeleine racontent en quelques minutes l'histoire de leurs mains, filmées en plan fixe, posées sur une table qui leur est familière.
Cinq connaissances du réalisateur sont invitées à présenter leurs mains, et rien d’autre, à la caméra. Les récits que suscite cette situation peu conventionnelle dévoilent des souvenirs sensuels et des douleurs enfouies. Les mains, rendues à une certaine indépendance, se joignent, s’agitent et dansent

Diffusion du film "Winter of my life" de Roger et Rémy BATTEAULT - Tourné-monté de 3 mn.
Le tourné-monté est une technique de réalisation cinématographique qui consiste à tourner tous les plans d'un film en continuité, dans l'ordre chronologique, c'est-à-dire dans le même ordre que celui qui sera présenté au spectateur et en ne réalisant qu'une seule prise de vues par plan, de sorte que le film n'ait pas besoin d'être monté ultérieurement. Littéralement, il est tourné « déjà monté ».
...... et quelques autres "tournés-montés" selectionnés par nous (environ 30 mn)

En présence de Roger et Rémy Batteault